Greta et le tour du monde en 80 jours

Chronique sur Radio Judaïca du 26/11/2019

Ce vendredi 22 novembre 2019, j’étais à une fête, dans des anciens bâtiments de la SNCB, Gare du Midi. Il était près de 23h et dans cette salle sombre, il y avait un concert bruyant, des gens qui buvaient de la bière, fumaient et dansaient. À un moment, j’ai vu un petit garçon, deux ou trois ans, tout au plus, qui est sorti de la fumée, juste devant les baffles qui crachaient. À côté, sa mère, bobo flamboyante, se dandinait autour de lui comme si elle voulait faire tomber la pluie sur une pousse de chou kale.

C’est à cet instant-là que je me suis dit que la salle devait se diviser en deux catégories bien disctinctes : les bobos qui sont plus bo que bo et qui trouvaient ça trop mignon ; les bobos qui sont eux plus bo que bo et qui eux pensaient que sa place était dans son lit.

Et moi, dans tout ça, je me suis aussi demandé si j’étais plus bo que bo. Mais sans réponse à cette question vertigineuse, je me suis soudainement mis à penser à Greta Thunberg. Oui, parce que dès qu’on parle de cette jeune activiste Suédoise, il y a toujours ceux qui la voient comme une héroïne du 21e siècle ; et ceux qui trouvent qu’elle ferait bien d’aller à l’école et de laisser les adultes détruire le monde. Et sans compter ceux qui la voient comme un être magique voire maléfique.

Quelques jours plus tard, je me dis que c’est plutôt étrange qu’il y ait tant d’idées irrationnelles à son sujet, parce que Greta, tout ce qu’elle fait, c’est de nous crier dessus, avec ses petits yeux d’ange ou de démon : « Mais vous allez enfin écouter la parole rationnelle des scientifiques, nom d’Odin ! »

À propos de ses prétendus pouvoirs magiques, une photo de 1898 vient d’être découverte dans les archives de l’Université de Washington, avant de faire le tour des réseaux sociaux. On y voit trois enfants en plein travail dans une mine d’or au Canada. Et l’enfant de gauche est soit Greta Thunberg en 1898 avec ses traits d’aujourd’hui ; soit une jeune fille à nattes de 1898 qui ressemble comme deux gouttes d’eau à notre Greta. (Biffez la mention inutile.)

Quel que soit votre choix à la proposition précédente, une chose est sûre : quoi de mieux que ce genre de news pour les complotistes en tous genres qui vont jubiler à renforcer le côté extraordinaire de l’ado-viking. Greta : prophète pour ses adulateurs ; sorcière pour ses détracteurs !

De mon côté, je suis un homme rationnel et je ne vois là rien d’autre qu’une simple coïncidence. Mais n’empêche ! Cette histoire de voyage dans le temps, c’est quand même un peu troublant, non, me dis-je, à l’heure d’écrire ces lignes ?

Je m’explique : Greta a donc embarqué sur un voilier fin août 2019 afin de participer au Sommet de l’Onu sur le changement climatique à NY. Et après une tournée nord-américaine, elle devait ensuite se rendre en bus à Santiago du Chili pour rejoindre la COP25. Mais pour des raisons d’instabilité politique au Chili, la COP25 a été subitement déplacée à Madrid où elle aura lieu début décembre 2019…

Mais est-ce que vous vous imaginez ce qu’elle a vécu depuis qu’elle a quitté l’Europe, il y a déjà plus de trois mois ? Traverser tout l’océan pendant des semaines, puis à peine arrivée de l’autre côté, devoir faire le chemin inverse pour tenter d’arriver à Madrid le jour J… Mais n’est-ce pas là un périple encore plus dingue que le Tour du Monde en 80 jours de notre vieil ami Phileas Fogg ?

Quand je pense à ce que cette jeune femme est en train de vivre, je ne peux m’empêcher de me demander : mais qui vit encore de telles expériences aujourd’hui ? Mais plus personne, je vous réponds !

Parce que moi, ce que je vis de pire, dans ma vie d’homme blanc dominant en 2019, c’est, par exemple, d’être ajouté dans une conversation Messenger et ne pas oser la quitter, ou bien de me retrouver sans batterie alors que je viens de partir de chez moi, ou encore de commander un Uber et ne lui donner que 4 étoiles sur 5 car il y avait une drôle de tâche sur la banquette arrière.

Alors, Greta, pour conclure, j’ai un message pour toi : si, comme tu nous le laisse croire, tu peux réellement voyager dans le temps, hé bien, plutôt que d’aller en 1898, ne serait-il pas plus malin de te rendre directement en 2098 ? Historie de voir ce qu’il reste de la planète… Comme ça, au moins, de deux choses l’une : on sera fixé !

© Edgar Kosma 2019

Publié par Edgar Kosma

Auteur / Comédien / Stand Up

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :